Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 juin 2012 7 17 /06 /juin /2012 18:28

Bibliographie

 

Histoire du surréalisme, de Maurice Nadeau, Seuil, 1970.

 

 

 

 

 

I. Les origines du surréalisme.

 

 

a°) Les chants de Maldoror ou le rêve du Comte de Lautréamont.

 

Paru en 1869, ce texte est un véritable "ovni" littéraire, pour l'époque, puisqu' Isidore Ducasse, qui prit pour  nom d'auteur, le Comte de Lautréamont, nous projette dans un univers imaginaire complexe, qui survole la réalité et fait s'entrechoquer des réalités ou des objets inattendus !

 

"Il est beau comme la rencontre fortuite sur une table de dissection entre une machine à coudre et d'un parapluie !"

(Les chants de Maldoror, chant VI-1)

 

Il sera le livre de chevet de nombreux surréalistes.

 

b°) Le symbolisme baudelérien.

 

A la révolution industrielle et sa rationalité, Baudelaire et Stéphane Mallarmé leur opposent le symbolisme, mouvement littéraire, né vers 1870, qui prétend que le monde ne peut pas se réduire à une équation rationnelle et réaliste. . Les deux poètes s'opposent à cette réalité morne et prosaïque (=simple) qui s'incarne chez des peintres comme Gustave Courbet, dont l'art pictural consiste à mimer avec perfection la réalité, comme dans son autoportrait, Le désespéré.

 

Gustave_Courbet_-_Le_Desespere.JPG

(Source: wikipedia)

 

c°) La révolution rimbaldienne: le poète est un voyant.

 

De Charleville à Marseille, Arthur Rimbaud sera une étoile filante dans le ciel d'Orphée, brûlant de mille feux avant de s'éteindre, foudroyé en pleine jeunesse. 

 

Carjat_Arthur_Rimbaud_1872_n2.jpg


27 ans de voyage et d'errance, de la guerre franco-prussienne de 1870 à la Commune aux horizons proche-orientaux d'Aden à l'Indonésie, en passant par l'Europe continentale, le jeune poète se transforma en aventurier.

Pour Rimbaud, le poète est un "voyant", déchiffrant la réalité non pas à partir de la rationalité, mais avec ses  cinq sens. Le poète se fait le médiateur entre la beauté du monde et les hommes, il est comme un prêtre, qui fait le lien entre les hommes et Dieu.

Mais Rimbaud, comme Baudelaire, prend la figure du poète maudit, artiste incompris parmi les hommes, qui tel l'Albatros baudelairien se sent étranger à la société lorsqu'il descend de son piedéstal onirique (=relatif au rêve), et qui fuit dans des paradis artificiels  ou dans des contrées lointaines, pour conjurer cette malédiction douloureuse. Rimbaud résumera ses souffrances intérieures dans Une saison en enfer, autobiographie poétique qui fut chantée par Léo Ferré.

 

 

d°) Albert Einstein et  la relativité du temps.

Le physicien Albert Einstein,

359px-Bundesarchiv_Bild_183-19000-1918-_Albert_Einstein.jpg
(Source: wikipedia)
avec sa théorie de la relativité, modifie notre perception du temps et de l'espace. Au temps absolu qui serait le même dans tout l'univers, le physicien allemand oppose un temps relatif, selon les vitesses des acteurs, comme le démontre le "paradoxe des jumeaux".
La révolution einsteinienne succède à la révolution galiléenne, qui avait remplacé le géocentrisme (=la terre, centre de l'univers) par l'héliocentrisme (=le soleil, centre de notre système solaire) et ouvre sur un nouveau questionnement philosophique sur l'espace et le temps.
Elle semble donner raison aux poètes maudits qui se méfiait des apparences de la réalité et au philosophe Platon qui, dans son allégorie de la caverne, montrait que le réel, perçu par nos sens, n'était qu'un théâtre d'ombres, et que la vérité était ailleurs, dans les Idées métaphysiques.

e°) Freud, du rêve à l'inconscient.

Au début du 20eme siècle, Siegmund Freud invente la psychanalyse et ouvre au commun des mortels un continent inconnu, l'inconscient. Le moyen pour accéder à ces rivages inconnus reste le décryptage des rêves.
Pour Freud, c'est la libido qui guide les individus, c'est à dire les pulsions sexuelles.

Sigmund_Freud_LIFE.jpg
(Source:wikipedia)
f°) Karl Marx ou la transformation du monde.

Le philosophe et économiste Karl Marx avait analysé la société capitaliste, 

marx.jpg
et avait découvert que le moteur de l'histoire était la lutte des classes, entre possesseurs du capital (=argent) et prolétaires (=ouvriers) qui ne disposaient que de leur force de travail. 
Pour Marx, l'évolution naturelle et inéluctable sera la prise de pouvoir par les prolétaires du capital des bourgeois, pour fonder une société socialiste puis communiste, arrachant notre monde de la malédiction du profit et de l'argent, moteurs de la société capitaliste.
Le marxisme promet donc des lendemains qui chantent en remettant en cause l'ordre bourgeois qui déplaît tant à nos poètes. Le terme bourgeois, en effet, est connoté négativement, synonyme de cupidité crétine et de conformisme moral.

g°) Le cubisme : une nouvelle perception du monde.

Le cubisme est un mouvement artistique et pictural qui s'est développé à partir de 1907, et dont les chefs de file seront Picasso et Georges Braque, qui s'inspire du peintre aixois Paul Cézanne qui écrivait à son ami Emile Bernard:

"Traitez la nature par le cylindre, la sphère, le cône ...".

Il modifie profondément la représentation du monde qu'il organise avec des motifs géométriques.

h°) Le dadaïsme, prolégomènes au surréalisme.

Alors que la première guerre mondiale provoque une hécatombe (= carnage), en Suisse, à Zurich, dans une taverne, des artistes et des intellectuels se réunissent pour fonder le mouvement dadaïste en 1916. Dada, dont le chef de file est le poète roumain Tristan Tzara, renverse toutes les règles qui guident les sociétés occidentales, et font de la provocation, un manifeste esthétique et une philosophe de vie. Tout est pris en dérision, raillé (=moqué) à une époque où les grands idéaux de la civilisation occidentale ont abouti au grand massacre de Verdun !
Dada est un manifeste contre le conformisme de la société bourgeoise, une réaction contre une guerre monstrueuse qui fauche la jeunesse européenne, un cri contre la raison au profit d'une imagination débridée quasi nihiliste, que résume bien le poète Francis Picabia:

"Rien pour demain, rien pour hier, tout pour aujourd'hui".

i°) Apollinaire, un poète est mort.

Le poète Guillaume Apollinaire, engagé dans la révolution cubiste, qui s'inscrit dans le sillage de Baudelaire et de Rimbaud, magnifiant l'imaginaire au détriment de la réalité, meurt sur le front, en 1918. La mort du poète symbolise la folie des hommes.

II. La révolution surréaliste.

a°) André Breton et le Manifeste du surréalisme.

En 1924, André Breton, poète et écrivain français, écrit le Manifeste du surréalisme, qui propose une nouvelle théorie artistique qui s'appuie sur l'imagination, l'alliance du rêve et de la réalité, une attitude non-conformiste et l'exercice de l'écriture automatique.
En effet, les surréalistes, dans la lignée de Freud, veulent écarter la raison par le biais de l'écriture automatique, pour accéder directement à l'inconscient, nouveau continent du rêve.

b°) Des "ready made" de Marcel Duchamp à l'univers de Salvador Dali.

Le surréalisme se compose d'artistes très différents qui vont réfléchir sur la notion d'art et ouvrir vers des horizons oniriques (=relatif au rêve).
Marcel Duchamp révolutionne l'approche artistique, avec ses "ready made", des objets de la vie quotidienne qu'il arrache de leur dimension utilitaire et fonctionnelle pour les exposer, comme oeuvre d'art. Pour l'artiste, la beauté n'existe pas "en soi", mais émerge de la confrontation avec le spectateur.
437px-Duchamp_Fountaine.jpg
(La fontaine, de M.Duchamp. Source: wikipedia)

 

Marcel Duchamp, avec ses "ready made", annoncera le Pop Art d'Andy Warhol, 40 ans plus tard.

 

A l'opposé, l'univers de l'espagnol Salvador Dali, brille par son inspiration, faisant cohabiter des êtres fantastiques avec des élements de la réalité. Chez Dali, le réel se dilate, se transforme, comme les molles montres de l'ibérique.

 

c°) De la subversion au communisme.

 

Les surréalistes, comme les dadaïstes, s'insurgeaient contre l'ordre bourgeois, trop bassement lié à l'argent et au conformisme, et s'opposaient à l'exploitation capitaliste et à l'esclavage du travail salarié. Aussi, beaucoup rejoindront le parti communiste français, comme le poète Louis Aragon.

Malgré tout, beaucoup d'autres refuseront de se soumettre à la discipline d'un parti, fut-il en faveur des travailleurs, les surréalistes étant beaucoup trop attachés à leur liberté de création pour se mettre au service d'une idéologie très corsetée au niveau esthétique et morale. N'oublions pas que les canons esthétiques du soviétisme (=relatif à l'URSS, qui dirigeait en fait le PCF) fut le "réalisme socialiste", bien éloigné de l'art surréaliste.

 

 

 

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Tietie007 - dans TERMINALE FRANCAIS
commenter cet article

commentaires

Clovis Simard 18/08/2012 17:15


Blog(fermaton.over-blog.com),No-22. - THÉORÈME OMÉGA.- La Science des Sciences.